Travailler en ville au Moyen Âge conférence de Julie Claustre du mercredi 13 décembre 2017

merci beaucoup je travaille surtout sur la société parisienne donc il va y avoir pas mal d'exemples de d'éléments sur paris voilà j'ai serré quand même de temps en temps de sortir de paris aussi j'ai travaillé sur l'apprentissage sur le salariat à paris sur le notariat je continue à travailler sur les notaires de paris et puis sur les récemment sur les couturiers de paris donc voilà donc il ya d un certain nombre d'exemples que vous entendrez qui seront des exemples comme ceux ci privilégie tout ceci pour vous dire ce qui fait ma connaissance de la thématique du jour le travail citadins elle est assez assez spécifique vous le comprendrez alors au moyen-âge la ville c'est d'abord un vaste ensemble de marchés de boutiques d'ateliers et de foire et c'est d'abord cela qu'on vient chercher en ville et c'est ainsi que la ville aime se présenter et c'est ainsi qu'elle aime donner l'image d'elle même cette ces images très célèbre d'une fois en ville ou des ateliers boutiques sur les ponts de paris que vous voyez ici sur le grand pont et le petit pont de paris sont très célèbres voyez un certain nombre d'ateliers toutefois et je vais le dire d'emblée son il insisté longuement aucune activité n'a paraît alors comme spécifiquement citadine il y à des cultures potagères il y a de la viticulture il y à même de l'élevage on vit les mêmes même à paris la ville médiévale est en effet bien moins minéral que notre ville européenne contemporaine et on a pu calculer ainsi que vers 14 cents à paris un tiers de l'espace intérieur aux murs de paris un tiers de l'espace interne à méreau ce n'est pas pâti et est occupé en fait en parcelles cultivées en vignes en terrain vague aussi mais en tout cas nez n'est absolument pas un espace minéral les animaux sont présentes dans la ville et port les bêtes sont présentes dans la vie aussi pour les besoins de la consommation urbaine et puis dans toute une série de petites et de moyennes villes une partie non négligeable des citadins qui travaillent dans les campagnes alentour clément d'urville la montrer pour paris les laboureurs et les vignerons de paris sont encore présents jusqu'au xviie siècle et ils ont fort nombreux alors là c'est juste une petite image n'est par exemple vous voyez si vous prenez une un plan de paris vers 13 180 qui a été établi par l'équipe alpages vous voyez en fait que c'est dans le quart nord-est de paris un vaste espace reste encore vers 13 cents 94 cents encore non bâti et vous avez ici la culture du temple la culture serge hervé la culture sainte-catherine également tous ses vastes espaces on en fait tous ces vastes espaces pardon sont faites des parcelles cultivées donc on s'étonne pas de cette forte présence encore de laboureurs de vignerons de jardiniers et de maraîchers dans la ville médiévale cela dit ce n'est pas de cela que je vais ensuite vous entretenir dans les minutes qui suivent une des caractéristiques de la ville médiévale sait bien qu'une grande partie des actifs est occupé à autre chose que de labeur deschamps est ce qui fait la ville dès cette époque c'est la concentration la densité la diversité des activités productives et marchande qui s'y déroulent alors je vais vous parler de ses activités productives et marchands de citadines en en deux temps principalement d'abord je reviendrai sur des choses qui sont assez connus et que notamment l'exposition qui a cours en ce moment qui a lieu en ce moment au musée sur le verre au moyen-âge illustre parfaitement c'est le fait que on a on assiste à une véritable revalorisation du travail technique en particulier fin notamment du travail technique citadins même si le travail du verre ne se déroule pas entièrement il ya toute une série de phases du travail du verre qui ne se déroule pas envie il y a on assiste à une valorisation du travail citadins et puis on verra ensuite une chose qu'il faut aussi se remémorer c'est que cette reconnaissance du travail citadins elle s'accompagne finalement de certaines ambiguïtés quant au statut de des travailleurs citadins du moins d'une partie d'entre eux est donc travailler en ville au moyen âge c'est pouvoir accéder à une certaine estime social mais sous certaines conditions seulement à des conditions qu'on peut considérer comme assez restrictive alors j'ai partir si vous voulez bien dans cette premier temps je rappellerai la valorisation du travail citadin je vais partir de ce texte extrêmement connu un qui est un texte de un extrait de du conte du graal perceval le gallois de chrétien de troyes un texte qui date de la fin du xiième siècle et qui raconte l'arrivée de goven dans la ville évidemment les légendaires romanesque descat wallon et donc le chevalier gauvin arrive dans la ville au dessus de la ville et puis voilà ce que tout ce que nous raconte chrétien de troyes ils regardent aussi la ville peuplée de bonhomme et de belles femmes et les tables des changeurs qu'on 22 couverte de pièces d'or d'argent et de menues monnaies il voit les places et les rues pleines de bons ouvriers il travaille aux métiers les plus variés ici on fait des eaux mais d aubert l'adsl et des écus ailleurs des harnachements de cuir et des éperons les en four vis des épées les autres tissent des draps et les foules les peignes où les tombes d'autres encore font de l'or et l'argent ailleurs enfin on fait de belles et riches vaisselle coupe annappes et qu elle ait des émaux précieux à nos ceintures écoliers on a l'impression de visiter un peu le musée cluny vraiment on nous vole entier dit qu'on la ville se tenait une foire perpétuelle dentelle regorgeait de richesse cyr poivre grain et fous rires de verre et de gris et toute marchandise qui se peuvent se devine agit alors cet extrait d'un texte roman courtois extrêmement célèbre nous montre d'emblée en fait la valorisation du travail citadins des activités citadine une valorisation qui se placent au coeur même du genre aristocratique le plus plus parfait de l'époque à savoir le grand roman courtois il a en l'occurrence celui de de chrétien de troyes alors pourquoi le travail citadins pourquoi des activités citadines sont elles ainsi c bre célébrer d'abord pour leur profusion pour leur nombre et pour leur variété le change la fabrication des pièces de l'armure des pièces du harnachement les opérations du textile le travail du métal la fabrication des ustensiles de table la fabrication des objets précieux les accessoires de la parure le travail des fourrures etc etc donc ce que célèbrent le roman courtois c'est cette diversité d'activités que l'on peut parfaitement recouper évidemment au delà de ce texte là qui est un texte d'abord littéraire qui raconte les aventures de goven en l'occurrence ces passages là on peut parfaitement regroupés par exemple à la fin du xiiie siècle on est un siècle plus tard à paris les documents fiscaux que nous ont laissés les archives parisienne montre parmi des contribuables parisiens pratiquement pas loin de 500 activités c'est à dire que sur l'ensemble des contribuables parisiens qui sont enregistrés près de 500 activités différentes sont enregistrées comme dell à côté des noms des parisiens vous avez leurs activités donc une très grande diversité d'activités à cette époque paris compte plus de 250000 habitants et ils se répartissent ainsi au moins dans 500 activités il ya uniquement les contribuables et pas tous les autres ses activités très diversifiées occupe une population nombreuse ce que le texte souligne aussi à sa manière et effectivement c'est la diversification des activités citadine qui accompagne la croissance urbaine la grande croissance urbaine des 12è 13è siècle celle qui fait que à la fin du v retrait sans l'europe compte peut-être 17 millions de citadins déjà et que cette population citadine a gonflé de quelques millions en deux siècles alors l'une des activités qui occupe le plus de monde dans ces villes c'est la draperie et qui explique notamment cette croissance urbaine cette croissance démographique urbaine importante celle à la draperie c'est à dire la production de drap de laine des draps de laine destiné à fabriquer ensuite des vêtements les draps de laine servent à cela principalement ensuite à confectionner des vêtements enfin une partie des vêtements et donc la draperie s'organise en de multiples opérations dans toute une série ont lieu en ville et la draperie nécessite un des bras extrêmement nombreux occupent des draps et des bras extrêmement nombreux alors ici j'avais une carte que j'ai repris une partie saine qui s'est dressée par roberto lópez métier tout à fait valable un an et qui vous montre avec grand sens pour les grands centres textile les grands centres textile en europe au xiiie siècle où vous avez vous retrouvé cette concentration bien connue des villes un textile de la flandre du nord de l'europe et puis de l'italie du nord est puis des ensuite des centres textile un peu plus dispersées dans le sud de la france dans le nord de la france en angleterre et dans la péninsule ibérique alors voyez en coïncidence entre les grands centres textile et puis là là l'europe urbaine tout simplement à l'urbanisation de l'europe alors ce qui explique cette cette extrême diffusion dans la population de la draperie c'est le fait que c'est une industrie extrêmement fractionné pour produire un drap de laine qui ensuite va servir à fabriquer des vêtements il faut procéder à un ensemble d'opérations très nombreuses donc ici j'ai essayé alors j'espère que vous voyez à peu près sur la diapo vous arrivez à l'ird et les mots sur la diapositive donc j'ai tenté de résumer en simplifiant beaucoup la succession un des opérations en suivant dominique cardon mais que dominique cardon me pardonne si j'ai dû procéder forcément à des simplifications il ya trois grands ensembles d'opérations qui mène de la laine ou drap de laine c'est d'abord la préparation du fil ensuite les opérations de tissage et ensuite toutes les opérations de finition et j'ai essayé de résumer de synthétiser les principales opérations qui composent la préparation du film puis le tissage puis les opérations de finition et à chacune de ces opérations vous avez des corps de métiers qui qui interviennent pour pour y procéder au total on considère que la production d'un drap de laine à partir du moment où la laine a été prélevé sur les trois oiseaux ont été prélevés sur les bêtes occupe prend plusieurs semaines puisque un gros mois plusieurs semaines mais d'une activité extrêmement dispersé on donne on entre de multiples spécialiste de multiples ateliers et de multiples lieux aussi une partie de ces opérations a lieu en ville ce sont en particulier les activités de tissage et de et les finitions la préparation du fils souvent pour une partie des opérations se déroulent à la campagne ou dans les cours mais malgré tout une grande partie des opérations a lieu en ville et donc par exemple on considère qu'il ya dans la grande ville de florence qui développe une draperie importante au 13e au 14e siècle ces 26 corps de métiers qui interviennent dans cette chaîne de fabrication 26 corps de métiers différents interviennent et 30000 personnes au début du 14e siècle à florence soit près d'un quart de la population en fait à près d'un quart de la population est occupé à ces différentes tâches de de la draperie donc la production de drap de laine donc voyez le lia en vilain une activité en particulier une activité textile là je vais parler uniquement des draps de laine pour qu'on pourrait parler de l'activité textile qui se fonde sur d'autres qui utilisent d'autres fibres une activité textile extrêmement populeuse qui occupe énormément monde et qui occupent des des artisans systématiquement très tape assez spéciale assez spécialisés alors voilà donc là quelques images assez connu aussi un qui sont reprises de livres qui ont été composées à nuremberg au 14e au xvème siècle ce sont les livres des douze frères des maisons vindelle et l'inde d'oiron comporte un gros ensembles d'image qui montre des des artisans des ouvriers au travail et là où j ai simplement rassemblé 6 images où vous voyez en fait spécifiquement des des artisans du textile donc vous avez au milieu de personnes qui utilisent des métiers à tisser différents vous avez ici sans doute des opérations de teinture ici c'est un tondeur de grandes forces qui tombera on est dans les opérations de finition au fait un dut du drap de laine voilà donc un certain nombre comme ça deux images qui vous permettent de retrouver une partie de la réalité des opérations cela dit il ya une chose que ces images ne montrent pas c'est le fait que ces opérations ne sont pas uniquement masculine ici vous voyez alors je sais pas si vous les voyez très très bien mais vous n'avez que des hommes qui sont représentés c'est lié à la source elle même qui émane de maisons en fait qu'ils étaient des maisons qui accueillait charitablement douze frères le livre des douze frères de la maison d'un tel accueil tout serait donc des hommes donc ce sont des hommes qui sont représentés mais en réalité certaines de ces opérations étaient des opérations ont été effectuées aussi bien par des âmes plupart des femmes voire uniquement par des femmes quand il s'agissait en particulier de la préparation du film alors une autre chose qu'il faut donc on peut dire qu'elles ont peu insisté après chrétien de troyes peut me servir de guide de fil pour ce propos ce texte de chrétien de troyes c'est que les activités citadine ce ne sont pas seulement valoriser pour leur profusion elles sont valorisées aussi pour leur technicité j'ai commencé un peu à l'image de à le dire et ce sont ces mots les mots de bons ouvriers quand toi chrétien de troyes le terme de bons ouvriers il estime que dans la ville il y a plein de bons ouvriers alors le mot bon ouvrier en français renvoie au terme opéra rieuse et halo pouces en latin ce qui désigne la racine désigne en fait les le travail créateur les travailleurs créatif et donc c'est une manière de désigner les opérations de travail qui est spécifique puisqu'il s'agit d'insister vraiment sur la dimension créative du travail l'occurrence un travail citadins qui est à distinguer une manière de désigner travail qui était à distinguer du maule à bord et du mot français laboureur qui renvoie eu ces deux mots à la notion de peine ce n'est pas celle ci qu'emploie chrétien de troyes et de fait les les artisans citadins aiment à être dénommée ouvriers parce que cela renvoie à cette idée d'un travail d'un travail créateur et mon assistant à cette époque effectivement à une mise en avant de cette créativité que peut recouvrir le travail notamment le trail c'est adam et de cette technicité que peut recouvrir le travail citadins alors là je vais rappeler des choses c'est connu on est dans une période à partir du 12ème siècle qui met en avant les la technicité du travail et notamment qui relie certaines activités à ce qui est appelé les arts mécaniques les armées de cani qu il s'agit de quoi en fait d'art dont on considère qu'il mobilise un savoir technique savoir technique dont l'acquisition est indispensable à la réalisation d'objets nécessaires pour satisfaire un certain nombre de besoins un besoin considérons considéré comme juste besoin des hommes qui sont considérées comme justes des arts de mécanique alors on a par exemple lancé un terrain qu'on retrouve sous la plume de hub de saint-victor qui s'est installé un moment à la ville de saint victor à paris près de paris est on retrouvera aussi dans d'autres textes à partir du début du 12e siècle ans à l'époque à laquelle luc de saint victor écrit cette valorisation des jarres mécanique des activités techniques nommé arts mécaniques elle repose aussi sur un rapprochement peut-être pas une équivalence mais un rapprochement entre ses activités techniques est ce que ce que je connaisse c'est ces savants ces théologiens c'est penseurs à savoir les arts libéraux quand on parle d'art mécanique c'est une façon de promouvoir un certain nombre d'activités techniques non pas au rang des arts libéraux mais du moins de les rapprocher des déserts libéraux que sont les les arts libéraux il s'agit des cet art censément hérité de l'antiquité et qui s'enseigne dans les écoles supérieures ecclésiastiques ou 12e siècle qui s'enseigne rond ensuite au moins pour une partie d'entre elles dans les universités à partir du xiiie siècle et donc les arts libéraux vous avez les trois arts du mollet 4 art du nombre grammaire rhétorique dialectique ou logique arithmétique géométrie astronomie et et musique et donc parler d'un certain nombre d'activités techniques comme des arts mécaniques c'est une façon de les rapprocher de ces arbres héros qui forment les intellectuels et penseurs les théologiens de l'époque toute une littérature scientifique commence à fleury à partir du 12ème siècle c'est partie du propos de puis catalogue de l'exposition sur l'art du verre au moyen âge et puis plus tard un peu plus tard ce sera aussi l'époque des un certain nombre de très technique très technique pardon aux 14e et 15e siècle donc ceux constitués à partir du 12ème siècle l'idée qu'il y a une culture technique émerge une culture technique qui est une culture écrite et qui est promu peut-être pas au rang les arts libéraux peut-être pas au rang de ces sciences libéral mais pas si loin d'elle malgré tout alors dans je dirais la le même mouvement dans ce même mouvement qui est à la fois un mouvement culturel et qui est plus que ça que c'est un mouvement social ses activités techniques connaissent une reconnaissance jouissent d'une reconnaissance certaine une reconnaissance qui est la fois une reconnaissance sociale et politique par le biais des de la diffusion d'institutions nouvelles qui sont appelés alors qu'on appellera plus tard les corporations peu par commodité les appeler ainsi mais qu'à l'époque on appelle métier en guilde arty us ste et c'est en fait la liste des mots est plus longue et j'ai repris on va dire les plus fréquents à partir du 12ème siècle effectivement se diffuse l'institution du mythique du métier c'est à dire la communauté professionnelle des spécialistes d'une activité une communauté professionnelle de spécialistes qui se donne des règlements des règlements qui organise l'accès au métier donc la possibilité même d'ouvrir un atelier ou d'ouvrir une boutique dans telle ville une communauté de métier qui définit aussi des les modes de désignation de ses représentants dans la ville auprès dé pouvoir syrien une communauté de métier qui définit aussi dans ses statuts parfois des normes techniques extrêmement précises des normes de fabrication des produits souvent pas toujours non plus tous les métiers de procès de pinces et ses communautés métier se voit ainsi reconnaître en fait des monopoles des monopoles d'exercice de certaines activités et donc le très célèbre livre des métiers détiennent boileau recueille une centaine les règlements d'une centaine de métiers parisien vers 12 160 ces règlements ce type de règlement qui organise ainsi des communautés professionnelles spécialisées qui veillent à leur territoire professionnels alors il y avait quand même des villes et des régions qui ignorent l'institution du métier tout au long de ces siècles médiévaux c'est le cas de lyon c'est qu'il ya de nuremberg c'est le cas de bordeaux mais le mouvement malgré tout de diffusion de ce type d'institution en ville est très large et très vaste et cela ne m'empêche pas les villes et les régions qui n'y participent pas malgré tous deux finalement connaître le même mouvement général de valorisation des activités techniques la même s'il adopte pas la forme du métier la forme institutionnelle du métier ils sont quand même touché par ce mouvement général des de valorisation des activités techniques j'ai cité nuremberg nuremberg ne connaît pas l'institution du métier mais on a vu tout à l'heure que nuremberg produit des livres enfin certaines des institutions de nuremberg produisent des livres qui met en valeur clairement les certaines activités professionnelles alors les métiers et leurs membres ceux qui sont détenteurs d'ateliers jouissant ville d'une place respecter comme en témoignent les certains vitraux des églises ça aussi c'est très connu mais insister beaucoup il ya quelques vitraux s'est pas non plus tous les vitraux qui représente ce genre de choses mais voilà on a un à un vitrail de la cathédrale de bourges qui est qui est intéressant puisqu'il a donné à dominique cardon en fait la première attestation d'un la première représentation d'un métier à tisser double où interviennent non pas un tisserand mais deux tisserand ce qui permet de produire des draps de laine plus large que un métier à tisser ou intervient seule tisserand vous avez certains vitraux de la cathédrale de chartres ici c'est le un vitrail de fourrure et puis des vitraux peut-être moins connus à semur en auxois en auxois il y à la collégiale notre-dame de semur en auxois il ya une série de vitraux plus tardif du 15e siècle qui représente un ensemble de métiers là le travail du cardage en fait qui est représenté le cardage de la laine dont qui intervient dans qui est l'une des activités de préparation du fil un une des opérations de préparation du film donc une représentation les métiers se donne à voir où sont représentés dans ces sanctuaires 1 qui sont souvent les principaux sanctuaires des villes cathédrale collégiale etc les métiers sont en fait ces métiers qui se donne à voir sont en fait des interlocuteurs essentiels de l'autorité municipale et des seigneurs de la ville non seulement quand ceux ci veulent arbitrer entre les métiers ou légiférer sur la place des métiers ou encore sur les nuisances des activités en ville mais aussi quand les pouvoirs citadins ont besoin d'associer les habitants de la ville donc les actifs de la ville aux affaires financières et militaires de la ville et les métiers fournissent un cadre d'organisation policière et fiscal extrêmement commode dans les villes par exemple à paris un certain nombre de métiers pas tous les métiers pas 100% et métiers parisien grand nombre des métiers parisiens doivent le biais doivent faire le guet c'est à dire la surveillance nocturne de la ville et le aux bandes c'est à dire une taxe spécifique qu'ils versent au prévôt royal leader aux représentants de l'autorité royale de l'autorité royale à paris mais ce système est absolument pas propre même s'il porte d'autres noailles heures n'est pas propre à paris il est donc vraisemblable que l'institution du métier a été au départ voulu par les pouvoirs seigneuriaux pour contrôler la population citadine en pleine croissance pour tirer profit aussi de cette croissance citadine via la fiscalité aussi pour contrôler les activités de production et puis contrôler la réputation des artisans la ville et au delà de la réputation de de la ville elle-même contrôle de la production le contrôle de la réputation de la production et est absolument essentiel il ya un certain nombre de règlements citadins sont directement dirigés vers cela c'est le cas par exemple de ce qu'on appelle les bancs échevinaux de doué c'est simplement le fait les règlements municipaux de la ville de douai qui se multiplient au dans la deuxième moitié du xiiie siècle et une série de ces règlements municipaux vise précisément à organiser le travail de la laine doux et une de ses grandes villes de la draperie à organiser le travail de la laine à organiser strictement le recours à certains outils les volumes de production les normes de fabrication tout ceci pour s'assurer que la production au final est de bonne qualité et que la production finale des ateliers de doué et de bonne qualité il ya tout un ensemble d ce quart d'heure c'est à dire deux gardiens de gardes qui surveillent la halle application de ces règlements municipaux et enfin une fois qu'un drap de laine a été produit à doué selon les normes de la ville selon les normes assez strictes que prévoit la ville un saut est apposée sur le drap de laine qui sert qui vient certifier que le drap produit est bien un drap de doux et conforme aux préconisations de la ville donc il ya un attachement les métiers sont là pour assurer cette réputation de la production de la ville et assurer aussi un ce serait youn man 2 des activités des villes qui sont des possessions seigneurial pour beaucoup d'entre elles la même façon il est très important les métiers et les villes aussi veille souvent pas systématiquement non plus mais souvent dans beaucoup d'activités à la réglementation de l'apprentissage et à la règle et durée d'apprentissage et parfois les durée d'apprentissage pour me semblait relativement longue par exemple à paris les constate que les durées d'apprentissage qui sont connus et aussi de 3 à 12 ans pour des métiers qui parfois nous semble pourrait nous semblait pas si compliqué que cela ce sont des métiers durée d'apprentissage qui tourne autour de 7 ans en moyenne très souvent mais qui sont loin d'être négligeables pour des activités dont toutes ne consiste pas à produire des objets d'une extrême richesse tout le monde je ne peux pas par là je ne parle pas là uniquement des apprentis orfèvres certes l'apprentissage de leurs favoris et l'on vous avez des d'autres métiers ou 12 ans d'apprentissage sont requis par exemple pour pouvoir fabriquer ce qu'on appelle les les pâtes riz les pâtes notre donc les gens trouvent plus l'équivalent enfin le monde actuel pardon le mot m'échappe mais enfin vous voyez c'est les chats pelés alors c'est certes un chapelet il faut 12 ans d'apprentissage pour arriver à faire pour être jugés dignes de la fabrication de de chapelet dans de certaines matières à paris donc un long apprentissage parce que là aussi le pas de là selon apprentissage est garanti de technicité et de qualité pour le métier pour la ville etc enfin dernière chose qu'il faut souligner dans certaines villes l'appartenance au métier garantit l'accès à des magistrats magistrature municipal alors c'est pas le cas partout mais dans certaines villes notamment dans les villes du nord de l'italie et puis dans les certaines villes de flandre également pour pouvoir accéder à l'exercice de magistrature municipal donc participer activement en fait un au gouvernement de la ville il faut être en fait membre d'un métier bon encore une fois ce n'est pas le cas partout par exemple ces guerres locales on peut pas dire que ce soit le cas à paris puisque à paris finalement les magistratures municipales sont très peu nombreuses il ya cinq magistrats municipaux à l'époque à paris et en gros six à sept métiers qui occupe toutes les places des magistratures municipal les magistrats municipaux connus ou 13e 14e et début du xvème siècle on va dire viennent proviennent tous de 6 à 7 métiers donc ce ne sont pas tous les métiers parisien qui garantissent une place dans fin un accès aux magistrature municipal enfin malgré tout la l'appartenance à un métier offre la possibilité finalement d'une citoyenneté politique plus ou moins actives l'accès à des magistratures m municipal dans certaines villes et puis de manière pur ailier du mois la participation à ce monde des citoyens dans dans d'autres villes et puis c'est vraiment le dr le dernier élément que je mentionnerai s'agissant des métiers l'appartenance à un métier donne accès pour ses membres à certaines formes de solidarité élémentaire les membres de certains métiers qu'ils aient ou non organiser une confrérie il peut exister une confrérie de ne pas exercer de confréries mais les manques de certains métiers entretiennent en fait une caisse commune de solidarité qui vient en aide soit aux malades du métier 1 soit aux veuves du métier soit aux orphelins du métier et une caisse de solidarité dont l'activité en fait la plus fréquente malgré tout et de prendre en charge les funérailles des des membres du métier mais enfin on voit par exemple là puisque moi je m'occupe beaucoup des couturiers la confrérie des couturiers de paris à une caisse commune qui est destiné à prendre en charge au moins pour un temps les les couturiers devenu aveugle 1 c'est une de ces maladies professionnelles des couturiers la cécité et donc la confrérie des couturières à la fin au moins au plus tard à la fin du 14e 7 à organiser cette prise en charge par une caisse commune dé ceux qui deviennent aveugles on sait aussi que les fourreurs de paris ont très tôt les fourreurs les ce qu'on appelait à l'époque pelletier ont très tôt organiser une caisse commune de solidarité pour prendre en charge les malades du métier et là encore c'est ça n'apparaît pas dans n'importe quel métier le métier de l'activité de fourrure est une activité extrêmement difficile ans dont les conditions d'exercice sont sont particulièrement pénibles et malsaine puisqu'il faut travailler dans l'humidité dans la poussière travailler les pots et dans l'est dans la chaleur et donc c'est assez propice au développement de toute une série de maladies donc très très tôt en fait on voit les les groupements de pompiers de fourrure organiser ce type de de solidarité donc les travailler en ville en c'est pour dans certains cas dans certaines activités dans certains lieux à certains moments pouvoir accéder à ce type de possibilités aussi des possibilités politiques et puis aussi vous voyez des possibilités qu'on dirait aujourd'hui sociale alors on assiste donc à un mouvement qui est un mouvement de reconnaissance et de valorisation des des savoir-faire des savoir faire technique en ville au cours des douzièmes à partir du 12ème siècle je voudrais maintenant insisté dans un deuxième temps sur les ambiguïtés de ce processus parce que ce processus que j'ai écrit il est quand même assez connu ce processus a aussi recèle un certain nombre d'ambiguïtés on va dire et puis quelques zones disons donc il y a d'abord si on revient à ceux à ce texte sans tromper insisté il est d'abord une hiérarchie des métiers et des activités par exemple le texte de chrétien de troyes mentionne un certain nombre d'activités mais enfin il est assez aisé de se rendre compte que la plupart des activités qui sont mentionnés sont des activités qui viennent satisfaire les besoins du chevalier gauvin c'est à dire que gauvin est attentif à escatalens d'abord à toutes les activités qui vont lui permettre de satisfaire ses besoins donc c'est l'armurerie le harnachement les objets précieux les arts de la table et c'est donc les activités citadines les plus valorisées sont aussi celles qui répondent d'abord à la demande aristocratique et au delà de ce texte caractère peut-être un peu anecdotique du texte de toute manière les les activités des plus valorisé sont celles qui viennent satisfaire qui viennent répondre à la demande aristocratique en ville et aux cette demande aristocratique envie donc pour des 13ème 14ème 15ème sexe et notamment la demande des cours princières qui se fixe en ville de plus en plus à partir du du xiiie siècle de manière plus générale toutes les activités techniques ne se valent pas en ville par exemple si on revient à nouveau à l'industrie alors dustrit textile qui occupe tellement de monde dans les villes il est clair que les dés ce qu'on m'appelle les rathier dans dans l'espace france y est c'est à dire les marchands de drass qui commercialise les draps fabriquer et qui bien souvent en organisant fait la fabrication en amont en distribuant le travail au cours des différentes phases de fabrication du drap et entre les différents ateliers des spécialistes ses drapiers clairement jouissent de la plus forte reconnaissance de la plus forte estime social on se rend compte aussi qui sont régulièrement placé au sommet des hiérarchies fiscal des hiérarchies de revenus et puis on se rend compte aussi qui sont souvent qu'ils occupent les meilleures places dans les gouvernements citadins dans les magistratures municipal qui sont les dix sont les mieux représentés autre groupe de professionnels du textile qui jouit d'une relative estime ce sont les tisserands peut-être un moindre degré que les marchands de draps mais les petits se rend dans la mesure d'abord où il possède un ou plusieurs métiers à tisser et dont la mesure surtout il travaille cette matière cette matière du drap louis travail c'était d'abord le fils qu'ils vont transformer pendra qu'ils ont ce rapport spécifique à la matière c'est un métier qui est souvent valorisé pas autant que celui des drapiers mais même c'est un métier sur lequel on veille en revanche il ya toute une série d'opérations dans l'activité textile qui sont considérées comme assez mineur c'est notamment la préparation du field le filage de la laine et puis à l'extrême à l'extrémité il y a je peux pas m'empêcher d'en parler puisque je les aime beaucoup ce sont les couturiers les couturiers et les tailleurs interviennent à la fin honnêtement à la fin de ce processus ils sont ceux qui vont transformer le drap de laine en vêtements et couturier est d'ailleurs en fait fabrique les vêtements à partir du drap de laine qui leur est fournie par les clients et les clients partout c'est comme ça que ça s'organise les clients achètent le drap de laine à des marchands de papier à la des drapiers et puis ils portent ensuite les pièces de draps à un couturier un tailleur pour que celui ci prenne les mesures et puis confectionne taille et cousent le bras afin de confectionner le vêtement désiré par par le client donc a priori on pourrait considérer que les couturiers et ailleurs sont très importants sont des personnages très important puisqu'il s'est créé une pièce un objet éminemment utile le vêtement en réalité on se rend compte que leur position est assez ambiguë et on peut prendre pour cela le cas de le cas de paris si vous voulez bien et suivre le la terminologie la terminologie française alors à paris les couturiers vont se rappeler kus curiae encore aujourd'hui couturier le terme vient du mot latin qui signifie coudre compte sourire et coudre et ce terme ce terme latin c'est pas tout à fait n'importe lequel puisque elle c'est celui qui employait dans la bible pour désigner le moment où ce moment où adam et eve ont cousu des feuilles de figuier pour cacher leur nudité après le péché originel quand adam et eve ouvre les yeux et découvrent leur nudité ils cherchent tout de suite à couvrir leur nudité et la jeunesse dit il cous et donc c'est le mot qui employait ses comptes sous air et qui employait il cause des feuilles de figuier pour cacher leur nudité alors du coup le terme est un peu ambigu pourquoi parce que coudre des pièces entre elles c'est faire oeuvre du nitc unir s'est créé quelque chose par l'union de différentes pièces d'étoffé ça ça pourrait être considéré comme positif est d'ailleurs très souvent c'est parce qu'à seulement a pas rien mais là je vous montre un héros de la confrérie des couturiers et ailleurs de robes de paris du début du xvème siècle un petit jetons un caractéristiques de la confrérie de de ce métier ce jeton représente la trinité est en fait le saint patron des couturiers de paris à cette époque c'est pas un sens et c'est la figure de la trinité ils ont choisi leur chapelle et dans l'église de la trinité au nord de paris est précisément la figure de la trinité quelle est sa particularité c'est qu'elle unis en une seule figure en elle-même elle unit trois personnes les trois personnes divines d'accord donc le père le fils et le saint-esprit donc il ya cette idée que le travail de couture c'est un travail d'union et c'est quelque chose qu'on retrouve ailleurs votre passage en fait de la bible mais que serait un plan de citer ici en même temps je l'ait déjà mentionné adam et eve cous ses feuilles de figuier à la suite de la chute à la suite du péché donc s'est introduit déjà un premier élément d'ambiguïté dont la valeur même qui est accordée à ce travail et puis par ailleurs le le métier de couturier et préférentiellement appelé tailleur de robe c'est à dire quoi c'est à dire que dans le vocabulaire commun c'est le mot couturier qui emploie dans le canular le plus commun c'est le mot couturier qui employait mais dans le vocabulaire institutionnels c'est à dire le prévôt royal de paris le représentant du roi à paris c'est l'expression tailleur de robes qui utilisait un comme tyler de l'autre côté de la manche en angleterre cet ailleurs qui employait et là on voit que il s'agit d'insister sur une autre dimension du métier c'est plus la couture c'est la coupe et c'est la taille et donc vous voyez que du coup aussi le l'autre côté du numéro un du jetons de la confrérie des tailleurs de robes c'est une paire de ciseaux correspond à cette opération de deux coups à l'aide des ciseaux est en réalité un coupé c'est faire une autre opération assez différente et qui a une autre valeur que celle que que je viens d'indiquer qui est celle qui est celle de l'union l'activité est encore plus ambigu la valeur de cette activité est encore plus andy lui quand on considère qu'en fait le mot tailleur et le mot taylor de la même façon se diffuse à un moment où se diffuse dans le vêtement des formes nouvelles à partir du 13ème du 14e siècle c'est quelque chose que odile blanc a bien montré en particulier à partir du moment se diffuse dans le vêtement des formes nouvelles qui ne sont plus les drapés extrêmement ample mais des formes beaucoup plus ajustés aux corps plus serré le long du corps la coupe du vêtement la coupe du drap pardon devient un moment essentiel du métier parce qu'on me laisse plus flotter les draps le long du corps mais au contraire on coupe de façon très ajustée et puis un coup mais on produit des vêtements très ajustée du coup à ce moment là se diffuse le mot de taylor le mot de tailleur de rome mais là encore vous avez une énorme ambiguïté parce que à la fois c'est certes de des innovations qui se diffuse mais en même temps ce qui se diffuse avec ça c'est tout simplement la mode et l'émergence de la mode et toutes les polémiques en particulier polémique clérical que suscite la mode à partir du xiiie siècle se développe à partir de là une intense polémique contre la mode contre le luxe contre ces plaisirs du vêtement bien ajusté et du vêtement kim outre trop ou plutôt qui flatres trop la silhouette etc ou qui est trop luxueux et c'est aussi ça coïncide avec la diffusion de ce qu'on appelle des ordonnances somptuaires donc ces ordonnances qui réglemente le luxe notamment le luxe le luxe vestimentaire donc il ya des métiers comme ça là je vous ai pas pris le métier de plus le mois considéré on sait qu'il ya des métiers qui sont vraiment mal considéré les métiers de bouche et les métiers qui traite le sent qu'ils ont un rapport avec le sens particulier là c'est un métier qu'on pourrait considérer comme plus favorable d'une certaine façon en réalité vous avez là des considérations sur la valeur ambiguë de certains métiers alors pourquoi cela parce que c'est un métier en fait qui certes traite le bras qui s'occupe du drame et qui n'est pas considéré véritablement comme créateur ce qui est créatif c'est la création de la matière elle-même donc la transformation du fil en tissu la production du drass et créatif mais couper le bras et coudre le grass est considéré comme beaucoup moins créatif et donc il ya c'est une chose qu'on peut que l'exposition sur le verre au moyen âge montre aussi bien il ya une valorisation des matières et du travail des matières mais du travail productif des matières créatif des matières et du coude et des activités qui sont moins en lien avec cette création de matière sont sont moins reconnu il ya une hiérarchie des activités et une hiérarchie un qui va avec une une hiérarchie qui ordonne une certaine vision du monde une vision du mode qui accorde une valeur spécifique à la qualité à la qualité intrinsèque des choses à leur matière le verbe l'exposition et puis là le gras de l'aisne cette partie du texte et donc il y a un sens détaillé on pourrait reproduire cet exemple on pourrait penser de la même façon de prendre d'autres exemples donc il ya activités et activités en ville un actif et active travailleurs et travailleuses et de fait on en constatant que les couturiers de toute façon sont toujours au bas de la hiérarchie fiscale dans les villes partout où l'étude a été menée c'est le cas ils sont au bas de la hiérarchie fiscales donc au bas de la hiérarchie des revenus il accède très rarement à des magistratures urbi urbaine pardon municipal jamais à paris par exemple absolument jamais même si on pourrait considérer que ceux qui taille des costumes pour le roi pour les princes etc sont des personnages importants en fait le métier en tant que tel on en tire pas une particulière une particulière aux connaissances loin de là alors en dehors de cette hiérarchie des avis gavras et il faut quand même que je vous en parle de dos c'est encore le cas des couturiers mais c'est simplement pour vous dire que même si ces couturiers peuvent être de grands savants en réalité enfin des gens enfin de grands savants j'exagère mais des gens qui ont une réelle compétence par exemple on a gardé pour pâris et on a gardé les certes un feuillet du livre de boutiques d'un couturier qui est collant de l'eure - couturier du 15e siècle c'est le seul livre de boutiques dont on ait gardé des fragments pour paris pour le paris médiéval je vais dire est donc ça faisait de ce couturier il notait ses factures et toute son activité va une partie de son activité l'écrivait la mettais par écrit ça dénote quand même une certaine un certain savoir une certaine technicité dans la tenue de ces factures de l'enregistrement de ce métier mais c'est malgré tout un métier relativement peu considéré alors un deuxième une deuxième ambiguïté qui invite à nuancer fortement la valorisation du travail citadins qui se produit au second moyen âge c'est la situation du travail féminin de des activités des femmes rapidement si je vais rapidement à la conclusion la valorisation tout se passe comme si la valorisation des activités de technique on ville profiter d'abord aux hommes en fait profiter d'abord au travail masculin et de façon vraiment très très secondaire au travail film alors on connaît pourtant un partout partout on pourrait faire la liste des nombreuses activités qu'occupent les femmes dans ces siècles à partir du moment où on a des listes on connaît des chambrière des blanchisseuses des nourrices d'accord des porteuses d'eau connaît défi 2 j'en ai mentionné il ya beaucoup de couturière aussi il ya des femmes orfèvres y compris à paris à la fin du xiiie siècle tavernière hôtelière il ya des maîtresses d'école bien entendu des médecins des libraires et même des enlumineurs image assez connus vous avez ici une enluminure je sais pas comment il faut féminisé ce nom qui est jeanne de mon bâton qui activent dans la première moitié du 14e siècle à paris qui a en lui miner ce manuscrit du roman de la rose conservé aujourd'hui abitex nationale de france et elle se représente au bas d'un feuillet dans la démarche d'un soulier elle est en elle se représente ici en train d'en luminet en fait c'est à lisier elle s'est représentée elle même et là elle a représenté son époux richard qui travaillait avec elle sur le manuscrit donc voilà il ya des femmes en il ya des femmes qui sont vraiment dotés de compétences techniques et quitte sa vie qui en sont parfaitement conscientes manifestement rappelé qu'elle se retrouve donc il n'y a aucun doute là dessus il ya toute une myriade d'activités qui sont partagées par les hommes et par les femmes mais malgré tout les femmes les frappant de constater que les femmes restent aux marges de l'organisation des métiers un peu partout un peu partout des femmes reste aux marges l'organisation des médias qu'elles sont pas complètement en dehors de l'organisation des métiers mais elles sont pas pleinement partie prenante de l'organisation des métiers en fait beaucoup d'activités sont mixtes mais tous deux métiers le sont un peu d'organisation constitué de métier le son est encore moins sont des métiers féminins exclusivement féminin alors par exemple à paris puisque ont assez bien situer des choses relativement bien situer les choses à paris vers 13 cents 172 activités sont mentionnés dans les documents fiscaux parisien aux alentours de 13 cents comme étant des activités exercées aussi par des femmes c'est à dire qu'on a un ensemble de femmes qui sont mentionnés comme contribuables avec une activité et au total comme ça 172 activités qui sont occupés par des femmes à paris vers 13 cents notamment six heures fera pas remis parmi toutes ces femmes mais en revanche il n'y a que 22 règlement de métier que 22 règlement de métier parisien qui à la même époque évoque explicitement prévoit explicitement l'activité des femmes en leur sein ça veut dire quoi ça veut dire que soit il s'agit de métiers mixte il ya 16 métiers qui sont annoncés comme étant mixte c'est à dire que dans leurs 5 des maîtres et des maîtresses du métier les maîtres et des maîtresses du métier et il y a six métiers qui sont qui se présente comme exclusivement féminin où on n'a que des maîtresses du métier et ses six métiers sont tous dans le secteur de la soie dans le travail de la soie notamment les fileuses de soi le métier des fileuses de soi c'est un métier qui a priori se présente comme exclusivement féminine verte récents bons donc les là je vous ai montré que je vous montre un autre présentation les femmes sont forcément associée au travail puisque de toute façon le travail citadins a lieu en général le cadre du travail citadins c'est l'atelier c'est la maison c'est l'atelier domestique il n'y a pas de séparation entre l'espace de travail et l'espace d'habitation entre l'atelier et la maisonnée il ya simplement une pièce qui sert à recevoir le public les clients sur l'avant de la maison au rez de chaussée de la maison mais c'est l'espace de travail c'est à la fois cet espace de réception du public et le reste ou qu'il ya une confusion entre habitat 1 est vraiment espace domestique et espaces de travail donc il n'est absolument pas étonnant que beaucoup de femmes soient associés au travail de l'atelier de la boutique et soient présentes mais en revanche elles apparaissent de façon vraiment très très très secondaire est très très très mineur dans les organisations professionnels qui donnent accès on va dire à la reconnaissance sociale et à la reconnaissance à la reconnaissance politique alors j'avance là dessus je vais pas je détaille pas tout ce que j'aurais souhaité une dernière chose qu'ils invitent à moduler cette valorisation du travail citadins c'est on va dire le sort du travail salarié qu'en est il du du travail salarié en ville alors d'abord je vous ai présenté de façon on va dire assez canonique ce que l'on sait des organisations de métiers qui sont très importantes qui recouvre une bonne partie des activités citadine jamais toutes les activités c'est à dire une bonne partie des activités citadine à l'intérieur de ces groupements de métier il ya donc des maîtres mais une partie des maîtres des métiers sont en fait salariés ils sont en fait salariés et ils ne parviennent pas à se fixer et à entretenir leur propre atelier leur propre boutique leur propre ou voir un ouvroir pardon comme on dit dans dans la moitié nord du royaume donc une partie des maîtres en fait quoi que détenteur de la compétence technique est obligé de se salarier donc théoriquement la valorisation du travail citadia devrait s'accompagner je veux dire du fait que la compétence technique devrait vous vous valoir renommée et reconnaissance en fait il ya des cas où la compétence technique ne suffit pas à sortir un certain nombre d'actifs de delà de la marginalité c'est le cas de ses maîtres salariés il ya ensuite ce qu'on appelle et les vallées ou parfois en angleterre les servent ans c'est à dire des salariés stables des salariés stables je simplifie un peu c'est à dire des salariés qui sont employés de façon récurrente et de façon durable dans un atelier dans une boutique un par un maître du métier ces gens là où toute la compétence technique nécessaire pour exercer le métier mais ils sont contraints en fait à auzat oussalah rien pour une partie d'entre eux contre en salariat ils ne peuvent pas s'installer comme indépendant et donc ce volant de la population il est parfaitement renseigné des parfaitement connu et il existe et puis il ya une troisième catégorie on va dire de deux salariés ce sont les salariés qui sont bosch à la journée ou à la semaine on qu'on connaît aussi parce qu'il ya des places dans gauche dans les villes de l'époque où ceux qui ont besoin d'être embauchée pour la journée pour quelques jours se présente le matin et peuvent offrir leurs services aux maîtres des ateliers aux patrons qui auront besoin de soin pour une journée soit pour une semaine soit pour soit en quelques jours donc on constate qu'en fait que la condition salariale dépend moins de la compétence technique que des conditions de l'embauché et de la rémunération donc la valorisation de la technicité de la compétence technique ne ça compagne pas d'une promotion générale des actifs en ville même chez les actifs les plus compétents il y a des différences et une hiérarchisation interne des statuts entre m salariés stables salariés instable et c'est alors juste pour vous donner des indications ces salariés ont une place très très réduite dans les organisations de métier c'est à dire que un particulier pour accéder il est très difficile pour ses salariés les rares en fait leur tour ces salariés d'accéder au poste de représentation à l'intérieur du métier au poste qui permettent d'organiser de métier en sept postes de juristes arrive dans certains métiers mais c'est assez rare et puis il faut bien voir que se place devant ces salariés souvent et de plus en plus au xvème siècle comme cela a été établi par un certain nombre d'historiens de plus en plus aucun des deux sexes se place devant ses salariés un certain nombre de barrières qui sont des barrières d'accès à la maîtrise c'est à dire que ces salariés il est difficile pour les salariés de sortir de la condition salariale quand bien même ils ont toute la compétence technique pour exercer le métier pouvoir s'installer de façon indépendante dans un atelier cela suppose la réunion d'un certain nombre de conditions alors sans parler même des conditions de naissance de parfois des conditions héréditaire qui peuvent être posées par certains métiers certes certains métiers disent que seul le fils de m peut devenir m certains métiers disent que seul celui qui a été formé dans la ville a fait son apprentissage dans la ville peut devenir maître dans la ville etc sans même parler de ces conditions là qui sont fixés il faut qu'on voit apparaître au xvème siècle dans certains métiers il ya tout simplement des barrières économiques d'accès à la maîtrise alors là j'ai simplement essayé de reconstituer les choses rapidement pour le métier de serrurier à paris au xvème siècle le métier de je m'arrêterai là le métier de serrurier à paris alors le métier de serrurier il s'agit pas seulement de confectionner des clés des serrures il s'agit de faire ça il s'agit aussi en fait de travailler dans tout le métal de la construction qui y compris les fermetures enfin les fernando fenêtres etc c'est pas simplement les clés et les serrures un toutou le travail du métal une bonne partie du travail du métal dans la construction pour accéder au métier de serrurier à paris il faut d'abord acheter le métier au roi en l'occurrence en fait au maréchal de la forge du roi et donc ça compte ça coûte cinq sous par easy au départ et ensuite il faut continuer à cotiser sept deniers parisé par an ensuite il ya un droit d'entrée qui est versée au roi à nouveau ça suffit pas et aux responsables du métier aux jurés du métier un bond qui s'est dissout parisy au début du xvème siècle ensuite il faut faire un chef-d'oeuvre c'est quelque chose qui se répand dans les métiers surtout à partir du 14e siècle on voit poindre au xiiie siècle enfin ça faut faire un chef-d'oeuvre dire que lui il doit faire une belle serrures et une belle clé ouvragées et il faut fournir la matière première la plupart du temps sauf dans certains cas certains métiers prétendent de fond des matières premières enfin c'est un peu douteux ensuite il faut payer un banquier aux membres du métier ou bien selon les années selon les moments et c'est faire des dons aux membres du métier qui vous accueille au métier ensuite il faut soit acheter soit être possesseur soit loué un atelier et j'ai essayé de d'évaluer ce que coûte un atelier à partir de cas à tester un et donc on peut les a testées enfin à paris environ et honnêtement j'ai pris les les chiffres les plus favorables à notre serrurier putatif 160 sous parisy par an ensuite il faut avoir une enclume d'autres outils aussi un mais ne serait ce qu'une enclume ce qui est quand même le b à ba du métier de serrurier et bien on a dans la documentation datation de location d'enclumes par des serruriers ou par d'autres spécialistes du travail des métaux et ses 24 sous parisy par an un tarif relativement stable bon et puis ensuite il faut cotiser à la boîte de la confrérie des serruriers qui est la confrérie saint-eloi ça doit pas aller chercher bien loin j'ai pas trouvé le chiffre exact mais ça doit pas être très très et fait donc au total on arrive un premier versement en une fois qu'ils aient un minimum de son de 65 cents parisy et ensuite un coup un permanent et là je parle pas de la main d'oeuvre je parle simplement de revenir simplement les locaux et quelques matériels et la jouissance du métier du droit d'exercer le métier un minimum de 185 sous parisy parents bon et je vous met en regard ce que gagne un servier salariés à cette époque autour de 3 sous parisy de à quat'sous parisy selon qu'on lui fournit la nourriture ou pas bon alors une fois qu'on a fait ce calcul on comprend que ce n'est pas impossible de devenir maître serrurier mais malgré tout je veux dire entre cette somme là au total qui fait plus de 250 parisy et cette somme là qui est le salaire journalier il ya un facteur 83 donc il faut réunir 83 jours de de revenus et de revenus qu'on consacre uniquement qu'on économise entièrement qu'on ne consacre pas autre chose ni à manger de la nourrir sa famille qui à se vêtir et c'est donc la chose n'est pas impossible 83 jours de travail ces quatre gros mois on va dire travail ce n'est pas impossible mais malgré tout c'est ça peut être difficile quand on est quand on à charge de famille par exemple quand on n'est pas logé par son maître etc etc donc tout ça pour vous dévoiler les salariés une partie des salariés sont ainsi pris dans des rapports de dépendance aux maîtres du métier et pour d'autres dans des rapports de dettes des rapports d'endettement qui sont liées au coût de l'entrée de l'installation d'un métier alors je vais peut-être m'arrêter là parce que j'aimerais qu'on fasse signe j'étais de dépasser un peu le temps oui je m'arrête là ça veut dire oui où on arrête là c'est ça donc [Applaudissements]

Loading